«Se tenir au plus près ou reculer pour mieux voir?» Le réglage de la focale dans les sciences sociales

Resultado de la investigación: Contribución a una revistaArtículo

Resumen

Cet article s'intéresse à la question des instruments et procédures d'observation auxquels peuvent avoir recours les chercheurs pour « saisir » le monde social. Il s'agira de réfléchir au problème de la distance que permettent, ou non, d'établir divers modes de recueil des données entre le chercheur et son objet d'étude. Dans ce contexte, il semble important de distinguer les méthodes qui permettent à l'observateur de se mettre à distance de ce qu'il regarde (reculer pour mieux voir), et celles qui le conduisent, au contraire, à s'en rapprocher (se tenir au plus près). Nous montrerons que si ces deux regards sur le monde social peuvent être considérés comme irréductibles, rien n'oblige pour autant à les considérer comme incompatibles. La relation entre les diverses méthodes peut se caractériser par une complémentarité et un éclairage mutuel. © 2013 University of Rome 'La Sapienza'.
Idioma originalInglés estadounidense
Páginas (desde-hasta)647-670
Número de páginas24
PublicaciónInternational Review of Sociology
DOI
EstadoPublicada - dic 24 2013

Huella dactilar

science

Citar esto

@article{1f897fdbc67b4ee1bf12f2c4bc8f4ce7,
title = "«Se tenir au plus pr{\`e}s ou reculer pour mieux voir?» Le r{\'e}glage de la focale dans les sciences sociales",
abstract = "Cet article s'int{\'e}resse {\`a} la question des instruments et proc{\'e}dures d'observation auxquels peuvent avoir recours les chercheurs pour « saisir » le monde social. Il s'agira de r{\'e}fl{\'e}chir au probl{\`e}me de la distance que permettent, ou non, d'{\'e}tablir divers modes de recueil des donn{\'e}es entre le chercheur et son objet d'{\'e}tude. Dans ce contexte, il semble important de distinguer les m{\'e}thodes qui permettent {\`a} l'observateur de se mettre {\`a} distance de ce qu'il regarde (reculer pour mieux voir), et celles qui le conduisent, au contraire, {\`a} s'en rapprocher (se tenir au plus pr{\`e}s). Nous montrerons que si ces deux regards sur le monde social peuvent {\^e}tre consid{\'e}r{\'e}s comme irr{\'e}ductibles, rien n'oblige pour autant {\`a} les consid{\'e}rer comme incompatibles. La relation entre les diverses m{\'e}thodes peut se caract{\'e}riser par une compl{\'e}mentarit{\'e} et un {\'e}clairage mutuel. {\circledC} 2013 University of Rome 'La Sapienza'.",
author = "Bastien Bosa",
year = "2013",
month = "12",
day = "24",
doi = "10.1080/03906701.2013.856165",
language = "English (US)",
pages = "647--670",
journal = "International Review of Sociology",
issn = "0390-6701",
publisher = "Routledge",

}

«Se tenir au plus près ou reculer pour mieux voir?» Le réglage de la focale dans les sciences sociales. / Bosa, Bastien.

En: International Review of Sociology, 24.12.2013, p. 647-670.

Resultado de la investigación: Contribución a una revistaArtículo

TY - JOUR

T1 - «Se tenir au plus près ou reculer pour mieux voir?» Le réglage de la focale dans les sciences sociales

AU - Bosa, Bastien

PY - 2013/12/24

Y1 - 2013/12/24

N2 - Cet article s'intéresse à la question des instruments et procédures d'observation auxquels peuvent avoir recours les chercheurs pour « saisir » le monde social. Il s'agira de réfléchir au problème de la distance que permettent, ou non, d'établir divers modes de recueil des données entre le chercheur et son objet d'étude. Dans ce contexte, il semble important de distinguer les méthodes qui permettent à l'observateur de se mettre à distance de ce qu'il regarde (reculer pour mieux voir), et celles qui le conduisent, au contraire, à s'en rapprocher (se tenir au plus près). Nous montrerons que si ces deux regards sur le monde social peuvent être considérés comme irréductibles, rien n'oblige pour autant à les considérer comme incompatibles. La relation entre les diverses méthodes peut se caractériser par une complémentarité et un éclairage mutuel. © 2013 University of Rome 'La Sapienza'.

AB - Cet article s'intéresse à la question des instruments et procédures d'observation auxquels peuvent avoir recours les chercheurs pour « saisir » le monde social. Il s'agira de réfléchir au problème de la distance que permettent, ou non, d'établir divers modes de recueil des données entre le chercheur et son objet d'étude. Dans ce contexte, il semble important de distinguer les méthodes qui permettent à l'observateur de se mettre à distance de ce qu'il regarde (reculer pour mieux voir), et celles qui le conduisent, au contraire, à s'en rapprocher (se tenir au plus près). Nous montrerons que si ces deux regards sur le monde social peuvent être considérés comme irréductibles, rien n'oblige pour autant à les considérer comme incompatibles. La relation entre les diverses méthodes peut se caractériser par une complémentarité et un éclairage mutuel. © 2013 University of Rome 'La Sapienza'.

U2 - 10.1080/03906701.2013.856165

DO - 10.1080/03906701.2013.856165

M3 - Article

SP - 647

EP - 670

JO - International Review of Sociology

JF - International Review of Sociology

SN - 0390-6701

ER -